Accueil – Home

1668

Os de la lune_ Hommage à Forough Farrokhzad, 2017

Bone of the Moon_ Trubute to Forough Farokhzad, 2017

Os de la lune

Du 10 novembre au 22 décembre 2017
Galerie MEKIC, Montréal
Lundi et mardi – Fermé
Du mercredi au vendredi : 14h à 19h
Samedi et dimanche : 12h -17h

Vernissage, le vendredi 10 novembre de 18h à 21h

Bone of the Moon

From November 10 to December 22, 2017
MEKIC Galery, Montreal
Monday and Tuesday : Closed
Wednesday – Friday : 2pm – 7pm
Saturday and Sunday : 12pm – 5pm

Opening reception, Friday, November 10 from 6: pm to 9: pm

English translation follows

Les tréfonds de l’art demeurent dans des yeux enterrés qui rendront la terre gravide, porteuse de son œuvre.

La foudre me frappe souvent les yeux. Le ciel chavire dans mes mains. L’heure de la peinture est arrivée. Dans un cortège de bêtes, nous descendons dans l’abîme de la toile ennuagée à la quête du divin. Illuminés par les plantes diaphanes, là, nous ne trouvons que nous-mêmes. Le divin, c’est nous ici ensemble. Ainsi, je peins.

Sous cette terre septentrionale dont j’ai poussé, il existe des racines et images divines comme les totems atemporels qui surgissent des yeux des hommes, des animaux et des plantes. Le sous-terrain est l’extension du ciel insondable qu’arrosent les yeux enterrés. Mes œuvres sont souvent un grand hommage à ces yeux devenus le grain semé, ensemencé dans mon regard.

Dans mes œuvres, il existe toujours une brèche par laquelle j’échappe à l’au-delà de mon œuvre pour arriver à vous : yeux. Os de la lune est l’étincelle qu’allume cette allée.

Hommage à Forough Farokhzad

Os de la lune, c’est le titre du cercueil de Forough. Cette œuvre et sept autres tableaux de cette exposition forment ensemble un hommage aux yeux de Forough Farrokhzad, ces yeux qui ont vécu le monde et l’immonde autrement. À l’occasion de la cinquantaine de sa mort soudaine et tragique, ces images sont un geste d’adoration de ma part envers elle qui est devenue voix, une voix, une voie !

Un chant de sirène dans l’éther de l’art !

Un totem elle-même, Forough Farrokhzad (1935-1967) est une figure incontournable de la poésie moderne iranienne.

Ces images, je les ai conçues comme les échos de sa voix, celle qui disait : ‘Seule la voix demeure’.

Je tends mes yeux et ma tête à sa voix quand je trace, je peins et je parcours.

Khosro Berahmandi

The depths of art remain in buried eyes that make the gravid earth carry its work.

Lightning often strikes my eyes. The sky sinks through my hands. The time of painting has arrived.

In a procession of beasts, we descend into the abyss of a cloudy canvas in the quest for the divine. Illuminated by diaphanous plants, there we find only ourselves. The divine is us, here together. Thus, I paint.

Underneath this Northern land from which I have grown, divine roots and images, like the timeless totems, arise from the eyes of  humans, animals and plants. The subterranean is an extension of the unfathomable sky, watering buried eyes. My oeuvres, often a great homage to those eyes, become grain sown, seeded in my gaze.

In my paintings, a breach always exists through which I escape beyond my work to arrive at you: eyes. Bone of the Moon is the spark illuminating this passage.

Tribute to Forough Farrokhzad

Bone of the Moon is the title of Forough’s coffin. This work and seven other paintings in this exhibition together form a tribute to the eyes of Forough Farrokhzad, those eyes that saw the world and lived it differently. On the occasion of the fiftieth anniversary of her sudden and tragic death, these images are a gesture of my adoration for Forough who has become a voice, a voice, a way!

A siren song in the ether of art!

A totem herself, Forough Farrokhzad (1935-1967) is a monumental figure of modern Iranian poetry.

These images, I have conceived as echoes of her voice reverberating: ‘Only the voice remains.’

I cast my eyes and my mind to her voice when I paint.

 Khosro Berahmandi

 

 

 

Publicités